Quels sont les avantages d’un parquet stratifié ?

Parmi un très large choix, il n’est pas toujours évident de savoir pour quel type de sol miser. Et si comme de nombreux particuliers, vous choisissez le parquet stratifié.

Le parquet stratifié : le principe et les avantages

Le parquet stratifié imite visuellement l’aspect de nombreux sols y compris le béton, la pierre, le carrelage et le parquet (celui qui reproduit l’aspect du bois est le plus courant et le plus choisi des particuliers). Se présentant sous la forme de lames à clipser, ce type de sol vous permet de bénéficier l’aspect visuel du matériau de votre choix (bois, pierre, béton, carrelage, etc.) sans les inconvénients. Comparé aux autres sols, il est beaucoup plus abordable. Même s’il est moins solide par rapport au parquet massif, sa résistance est élevée. Pour séduire de plus en plus de particuliers, les fabricants proposent désormais des modèles toujours plus résistants et plus épais. Ceux-ci sont surtout adaptés pour les lieux de passage fréquent, mais aussi pour les familles nombreuses.

L’esthétisme ainsi que la facilité d’entretien sont aussi des avantages indéniables. Sans oublier qu’une meilleure isolation acoustique sera également au rendez-vous.

Il est bon de savoir que le parquet stratifié est constitué de 4 couches :

– La couche d’usure, lequel est un film de protection à base de résine. Celle-ci permet de protéger la surface et ainsi de renforcer la résistance du parquet.

– Le papier décor lequel reproduit diverses textures comme le béton, le carrelage, le bois ainsi que la pierre.

– La couche centrale, laquelle est composée d’un panneau en particule ou HDF

– La dernière couche de contrebalancement. Celle-ci permet d’assurer une excellente stabilité.

Deux types de parquet stratifié sont proposés en outre : en bois orienté et en aggloméré. Le parquet stratifié en bois orienté est disponible en différentes finitions : vernies, teintées ou lasurées. Il présente l’avantage d’être plus résistant aux chocs et à l’humidité. Voilà ce qui ce qui explique son prix un peu élevé. Ce type de parquet peut être posé dans une pièce humide comme la salle de bains ou dans la cuisine. Afin d’éviter toute surprise désagréable, l’idéal serait toutefois de miser pour un parquet équipé d’une couche hydrofuge. Le parquet stratifié en aggloméré pour sa part est proposé en finition vitrifiée uniquement.

Le choix

La résistance c’est-à-dire la capacité à supporter la fréquence d’usage peut varier d’un parquet stratifié à un autre. Aussi, il est hors de question de faire son choix au hasard. Prenez note qu’il existe différentes classes de parquet stratifié. La classe de résistance déterminera l’usage pour lequel le parquet est le plus adapté (usage modéré, normal, élevé ou intensif, commercial, etc.). Et s’il y a un point qui mérite votre attention lors de l’achat, c’est bien l’épaisseur des lames. En outre, tenez compte de la pièce dans lequel vous envisagez d’installer le parquet stratifié lors du choix.

Côté coût, c’est évident, le prix du parquet stratifié dépend en grande partie de sa qualité, mais aussi du fabricant. Oubliez le parquet stratifié bas de gamme, même si cela signifie que vous devez débourser plus, lors de l’achat. En effet, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous avec les parquets stratifiés de bas de gamme (votre sol risque de s’user rapidement alors). En plus de cela, la pose est souvent plus compliquée.

Quelques mots sur la pose

La technique dite flottante est la technique la plus utilisée lors de la pose du parquet stratifié. Lors de cette technique, le parquet n’est pas fixé au sol (comme lors d’une pose collée ou clouée). La pose flottante est certes la plus simple et la plus rapide. Peu importe le support (ancien revêtement, plancher ou faux plancher en aggloméré, chape ou béton surfacé, etc.), il est tout à fait possible de miser pour ce type de pose. Même sur un sol chauffant, celle-ci est toujours envisageable. Néanmoins, dans ce cas, il faut s’assurer que le parquet choisi soit bien adapté et compatible avec le type de chauffage. En outre, la pose d’une sous-couche avec pare-vapeur intégré ou encore l’application d’un film plastique distinct (dont l’épaisseur est d’au moins 0,2 mm) reste recommandée dans ce cas.

Toujours concernant la pose, vous aurez le choix entre :

– La pose à bâtons rompus : dans ce cas, les lames de parquet sont coupées à angle droit de longueurs identiques puis disposées en formant un V. Prenez note que ce type de pose n’est pas envisageable avec tous les produits. La meilleure solution serait d’opter pour une pose collée.

– La pose de parquet à l’anglaise : celle-ci est la plus choisie. Avec ce type de pose, les lames du parquet sont parallèles entre elles. On parle de pose à l’anglaise à coupe perdue (lorsque les joints au bout de la lame sont décalés) et de pose à l’anglaise à coupe de pierre (lorsque les joints au bout de la lame sont alignés).

Bien évidemment, le coût de l’installation variera en fonction du type de pose choisi. D’ailleurs, la largeur des lames et le choix d’une pose d’un isolant phonique ou non influenceront ce coût. Pour avoir la garantie d’une pose selon les règles de l’art, nous ne pouvons que vous conseiller de recourir au service d’un professionnel confirmé.